jeudi 31 mai 2012

Erik et la parodie des chevaliers du Moyen Âge et des mousquetaires (X)


ERIK et la parodie des chevaliers du  Moyen Âge et des mousquetaires du XVIIe siècle (X)

André René Jolly (alias ERIK) a toujours manifesté un intérêt pour deux périodes historiques : la Préhistoire et le Moyen Âge.


Il crée Trancheroc, le Chevalier Invincible dès 1941 dans les Grandes Aventures.
Il poursuit les aventures du personnage haut en couleurs dans Youmbo Magazine (1948 à 1950) et dans Zorro Jeudi Magazine de 1947 à 1952. Le même Trancheroc se retrouve dans les pages de Comique Magazine de l’éditeur Jean Chapelle en 1950. Le petit format Bambino des éditions Del Duca publie en 1958 La Mission du chevalier Trancheroc. Ces parodies, toujours cocasses et désopilantes, des aventures de cape et d’épée permettent les rencontres des bons et des méchants caricaturaux, sans oublier les jolies princesses.
Les aventures de Trancheroc ont été traduites en espagnol.
En fait Gaetan Ambroise Sébastien Bertrand de Trancheroc, chevalier de la Quenouillette, n’appartient pas au Moyen Âge, comme Crochemaille et le Chevalier Tartol. C’est en effet en 19631, donc en plein XVIIe siècle, qu’il quitte son château natal, accompagné de son fidèle valet, Plumet. Où part-il chercher gloire et fortune ? A Paris, bien sûr ! Il fait la connaissance du baron de la Rotule  qui deviendra comme lui mousquetaire du roi.



De 1949 à 1954, Erik réserve Tartol de la Clanche pour Coq Hardi, le journal créé et dirigé par Marijac. Le Chevalier Tartol de la Clanche compense sa petite taille par sa ruse et sa vivacité.
Pour lutter contre son ennemi de toujours, le sinistre Messire de la ganache, il est secondé dans son combat par le loyal et gentil Flutio.


Le Journal de Nano et Nanette des éditions de Châteaudun a réédité ces aventures cocasses, en modifiant parfois la mise en page d’origine.

L’une des créations les plus originales d’Erik est sans doute celle de Crochemaille le Nerveux qui restera dans le journal OK de 1946 à 1949 avant de passer dans Zorro, en 1950. Le personnage est ressuscité dans les pages de Fripounet, chez Fleurus de 1968 à 1970.
 
Dans sa collection «Patrimoine», chez Glénat, Henri Filippini propose les trois premières aventures de l’intrépide Crochemaille, parues dans les pages de l’hebdomadaire O.K. 


Plutôt têtu mais courageux, le chevalier de petite atille, plutôt agité (d’où son sobriquet de «nerveux»), parcourt le pays en combattant les seigneurs félons, en compagnie de son puissant ami Brisemur. Habile au combat, il sert le roi de France en ces temps troublés du XIVe siècle (Le récit commence en 1346 sur une route du Périgord). Le comique du dessin et des situations cocasses font oublier la dureté de ces temps héroïques où l’existence était plus que précaire.  

Il faudrait aussi évoquer brièvement le Chevalier Raviolitos, accompagné de son valet Poupino, créé pour le journal publicitaire Millat Frères Magazine.  

ERIK Bibliographie chronologique des livres et albums de BD parus (IX)


ERIK : Bibliographie chronologique des livres et albums de BD parus (IX) 

André-René Jolly, alias le scénariste-dessinateur et coloriste Erik (07/07/1912-13/08/1974) est injustement oublié aujourd’hui. La meilleure preuve, c’est l’absence d’une bibliographie sérieuse concernant une œuvre prolifique, des années 30 aux débuts des années soixante-dix. On va célébrer le centenaire de sa naissance en juillet 2012 !
Il est vrai que bon nombre de ses œuvres publiées dans les journaux pour la jeunesse n’ont pas bénéficié d’albums qui auraient assuré la pérennité de son immense travail.

Voici donc un essai bibliographique chronologique non exhaustif de son œuvre en ce qui concerne livres et albums :

Friquet pilote de ligne (Librairie Plon, 1937) Texte de Henri Kubnik, Ill. d’Erik
Trancheroc le chevalier invincible Ed. Théophrate Renaudot, 1941
(Edition spéciale du journal Grandes aventures) Textes et dessins d’Erik.
Voyage autour d’un appareil photo d’Erik et Guida, Editions Prisma, Paris, 1942. 
Sandal le Vieux Mousse (Gavroche présente…) Ed. Théophrate Renaudot (s.d., débuts années 40)
Rif la Rafale (1945) Coll. « Casse-cou », Edition SPEM, Monaco (Réédition de l’histoire complète dasn Tintin N° 275, édition française, 28 janvier 1954.

Jim, John et la Jeep (1945) Texte de Fred Bradner, Dessins d’Erik, Editions Chiche, La Nouvelle Edition.
Jim, John et la Jeep traversent l’Atlantique (1945) Texte de Fred Bradner, Dessins d’Erik, Editions Chiche, La Nouvelle Edition.
Jim, John et la Jeep contre le Mur de l’Atlantique (1945) Texte de Fred Bradner, Dessins d’Erik, Editions Chiche, La Nouvelle Edition. Fringale et Badinet font fortune Editions Artima (s.d.)
Fringale et Badinet à l’aventure Editions Artima (s.d.)
Cambuse sur l’île inconnue Editions Artima n° 2022 (s.d.)
Capitaine Taillefer  Editions Artima n° 2023 (s.d.)
Finette : Le Trésor perdu Editions Fleurus, Coll « Fleurdor », 1954.
Finette : Le Coup d’Etat de Volubilie Editions Fleurus, Coll « Fleurdor », 1955.
Finette : Le Mystère du Planérar Circus Editions Fleurus, Coll « Fleurdor », 1955.
Nique et Prune : L’Etrange croisière du Kara-Ko (Lisette présente) Editions de Montsouris, 1959.
Pat’Rac Reporter : Expérience 2 A Editions Fleurus, 1959.
Pat’Rac Reporter  Editions Horus, 1980.
Les Machines infernales  Editions Horus, 1980.
Mégalithe (Hop ! présente) Coll. « Archives BD » Editions Hop ! (AEMEGBD), 1997.
Crochemaille Editions Glénat Coll. « Patrimoine BD », 2006.
Finette : Le Troisième tiroir Editions Regards, 2007.0
Trancheroc au Moyen Âge Editions Regards, 2008-2009.
Finette : L’Enigme du Grand Boulou Editions Regards, 2010.
Crochemaille suivi de Trancheroc Editions Regards, 2011.
(Prépublication : Fripounet n° 46, 1968)


mercredi 30 mai 2012

ERIK et la presse des jeunes, des années 30 aux années 70 (VIII)


Erik (André René Jolly) dans la presse des jeunes

Erik est omniprésent dans les journaux pour jeunes, des années 30 au début des années 70. Il travaille aussi bien pour les éditions Fleurus ou Bayard-Presse que pour les éditions de Montsouris, pour la SPE comme pour l’éditeur Jean Chapelle. Il faudrait pouvoir citer aussi ses éditeurs et des journaux espagnols.
Son travail aussi soigné qu’il est rapide et efficace lui permet de réagir très vite, face aux demandes des éditeurs de journaux.

Benjamin : Les Aventures de Ratinet et Monsieur Taupe (1929-1939)
Oscar Bill. Le Roi des Détectives (1931) magazine créé par Erik
(Couverture dans « Dictionnaire des littératures policières J-Z » de Claude Mesplède, éditions Joseph K, 2007, p. 465. Excellent article de Marc Madouraud) 

Les Jeunes de France (1934-1935) : Fricasse détective
Gavroche (1940-42) : Le Professeur Globule contre le Dr Virus
Grandes Aventures : Martin Gale, Détective amateur
                                   Trancheroc, le Chevalier Invincible (1941-42)
Le Téméraire : Docteur Fulminate et Professeur Vorax (1943-44)

Aventures Humoristiques (1945) : Le Mystère du Portefeuille Rouge
OK et OK Texas (1946-49) : Pompabloc, Sportif Endurci
Crochemaille le Nerveux
Coq Hardi (à partir de 1946) : Tribacil contre Docteur Klorax
Tartol de la Clanche, Le Chevalier Tartol
Papou Détective
Paris-Jeunes : Babiol et l'Inspecteur Virofle
Youmbo Magazine (1948-1950) : Trancheroc
Zorro Jeudi-Magazine (1947-1952) : Trancheroc
Jeudi-Matin (1949-50) : Machines extravagantes, Bricolo et
Vrac Reporter

Comique Magazine (1950) : Tonton Molécule et Trancheroc
Coeurs Vaillants : Pat'Rac reporter
Grignoton, Monsieur Bobèche, Aventures drolatiques de Jean et ses amis
Commissaire Picablo, Machines extravagantes
Ames Vaillantes : Finette Détective
Commissaire Picablo
Fripounet, J2 Magazine : Pat'Rac reporter
Uron, Tifus et Clodomir
Formule 1 : Triphénol contre Klorax
Zorro (1950) : Crochemaille 
Pierrot (1951) : Professeur Canif contre Docteur Krapotus
Spirou (1953) : bande publicitaire : Grignotin

Tintin (N° 275 du 28 janvier 1954) : Rip la Rafale (réédition) et Rataplan (Genève)
Lisette (1953-1961) : Nique et Prune
Sylvie (1954-55) : Dorothée
Kisito (Afrique francophone) (1954-62) : Aventures drolatiques de Jean et ses amis 
Jocko et Poustiquet (1954-56, n° 18 n° 75) : Babiol, Détective amateur
L'Intrépide (1955-57) : L'Expédition du Professeur Gromulus, Zanzi (N° 456 à N° 629,
1958-62)
Dicky le Fantastic : L'Expédition du Professeur Gromulus
Millat Frères Magazine (s.d.) : bande publicitaire : Le Robinson entêté, une aventure du Chevalier de Raviolitos   

Ima, l’ami des jeunes (1956-58) : Madie et Martin Gale

Simbad le marin (1962) : Martin Gale, Détective amateur (réédition)
Les Pieds Nickelés Magazine ( ?)
Record (1966-73) : Mégalithe  

Notons une fois de plus l’immense et indispensable travail de la revue de bande dessinée HOP ! :

N° 12/13 : Dossier ERIK. Entretien avec Madame Jolly,  B.D : CROCHEMAILLE 3 pl  
 N° 37à 39, N° 41, N° 42 : PROFESSEUR GLOBULE CONTRE DOCTEUR VIRUS 52 pl 
- N° 55, 57, 59, 61  LE CHEVALIER TRANCHEROC 23 pl
 - N° 55, page 62 : Bio-bibliographie d’ERIK
- ARCHIVES BD 4  MEGALITHE AGENT SECRET 39 pl  
N° 91  « Pêche interdite »  1pl



mardi 29 mai 2012

ERIK André-René Jolly dans le journal "Lisette", Nique et Prune (VII)


ERIK, scénariste, dessinateur et coloriste du journal LISETTE (VII)

NIQUE ET PRUNE

André-René Jolly, alias le scénariste-dessinateur et coloriste Erik (07/07/1912-13/08/1974) est injustement oublié aujourd’hui. La meilleure preuve, c’est l’absence d’une bibliographie sérieuse concernant une œuvre prolifique, des années 30 aux débuts des années soixante-dix.
Il est vrai que bon nombre de ses œuvres publiées dans les journaux pour la jeunesse n’ont pas bénéficié d’albums qui auraient assuré la pérennité de son immense travail.
En outre, ses travaux ont été dispensé et dispersé dans une multitude de journaux tels que : Benjamin, Oscar Bill. Le Roi des Détective, Gavroche, Grandes Aventures, Simbad le marin, Le Téméraire, Aventures Humoristiques, Coq Hardi, OK, Paris-Jeunes, Jeudi-Matin, Comique Magazine, Coeurs Vaillants, Ames Vaillantes, Fripounet et Marisette, J2 Magazine, Formule 1, Zorro, Pierrot, Spirou, Tintin, Millat Frères Magazine, Lisette, Sylvie, Jocko et Poustiquet, L'Intrépide, Dicky le Fantastic, Ima, l’ami des jeunes et Record.
Né à Verdun, fils d’un militaire de carrière, André-René Jolly choisit d’abord le pseudonyme de Jérome-Erik, puis d’Erik. Sans aucune formation ni école particulière, il se lance très tôt dans la bande dessinée. Il ne dédaigne pas de travailler pour la publicité ou pour le dessin animé publicitaire. Auteur, dessinateur et coloriste, il travaille en solitaire et réalise sans aucune aide toutes ses bandes, toujours avec talent, même si on peut regretter parfois que l’histoire se développe exagérément. On peut le comprendre quand on sait que les auteurs de cette époque étaient souvent très mal payés et n’avaient ni statut, ni sécurité sociale. Beaucoup savaient qu’il leur faudrait travailler jusqu’à leur mort.   
Parmi les thèmes de prédilection, retenons les savants fous et les professeurs loufoques, les personnages d’un autre temps, comtes ou nobles divers et leurs domestiques, les détectives amateurs, masculins (Oscar Bill, Vrac reporter, Papou détective, Pat’Rac, Babiol…) ou féminins (Finette, Madie, Nique et leurs compagnons animaliers), les policiers professionnels.
Erik manifeste une prédilection pour l’Histoire du Moyen Âge (celle des chevaliers cocasses) et pour la Préhistoire (qui permet la « reconstitution » d’improbables machines, tantôt antiques et étranges, tantôt futuristes.
Le bestiaire est aussi d’une grande richesse puisqu’il va des animaux familiers aux animaux de la jungle ou aux espèces préhistoriques.
 
        Sans faire appel ni à un scénariste, ni a des coloristes, il réalise entièrement, en plus d’illustrations souvent désopilantes et de publicités, des bandes dessinées humoristique et caricaturales, dans le style hergéen de la ligne claire, usant à la fois du trait rond et pointu qui le caractérise et le fait reconnaître d’un seul coup d’oeil.
     Il est bon de rappeler qu’Erik Erik a toujours manifesté de l’intérêt pour les personnages féminins. Comme il s’intéressait à la mode, il représente avec goût les toilettes, les coiffures des jeunes filles, en minimisant la caricature, moins indulgente envers les personnages masculins.
Les personnages féminins présents dans Ames vaillantes (Etamine, Finette), Ima, l’ami des jeunes (Madie), Lisette (Nique) ou le mensuel Sylvie (Dorothée) sont là pour le prouver.

La série Nique (diminutif de Véronique, c’est son oncle chez qui elle réside, le professeur Transitoire, qui nous l’apprend) a longtemps occupé les pages de l’hebdomadaire pour jeunes filles : Lisette. La jeune adolescente est la vedette d’une série policière et mène parfois ses enquêtes avec son cousin Pat et Anne, la détective.  Elle est toujours accompagnée par son amie la pie Prune, au caractère bien trempé à tel point qu’il arrive que cette bavarde à la tête coiffée par un petit bonnet rouge vole la vedette à sa maîtresse.   
Nique, jeune fille brune à la coiffure toujours impeccable, maintenue par un nœud enserrant les cheveux, connaît parfois des aventures dangereuses où elle affronte malfaiteurs dangereux, savants fous ou êtres tyranniques. Heureusement, l’humour constant de l’auteur désamorce  le caractère dramatique.

Puisqu’un seul album de 64 planches est paru aux éditions de Montsouris,  en 1959 : L’Etrange croisière du Kara-Ko,  il est nécessaire de retracer, autant que faire se peut, les parutions des aventures inédites de Nique et Prune (1953-1961), parues dans le journal Lisette.

1953 : Nique et les « Caméléons » (planche 1 dans le N° 14 du 05/04/53)

1953 : Prune veut faire du cinéma (planche 1 dans le N° 26 en juin 1953, fin : planche 16 dans le N° 42 du 18/10/53)

1953-54 : Le Secret d’Aldabar (planche 1 dans le N° 43 en octobre 1953)

1955 : Nique et la soucoupe volante

1955-56 : La Bague d’Onyx (planche 1 au cours du mois de novembre 1955, fin le 16 décembre 1956, n° 51)

1957-58 : L’Etrange croisière du Kara-Ko (seul épisode paru ensuite en album

1959-60 : L’Oiseau des Zartukas (planche 1 dans le N° 24 du 14/06/59)

1960-61 : Le Chevalier bleu (planche 1 dans le N° 34 du 21/08/60)

1961 : La Lande des menhirs (planche 1 dans le N° 32 du 06/08/61)


vendredi 25 mai 2012

ERIK aux éditions Fleurus (VI)


ERIK AUX EDITIONS FLEURUS (VI)

André-René Jolly, alias le scénariste-dessinateur et coloriste Erik (07/07/1912-13/08/1974) est injustement oublié aujourd’hui. La meilleure preuve, c’est l’absence d’une bibliographie sérieuse concernant une œuvre prolifique, des années 30 aux débuts des années soixante-dix.
Il est vrai que bon nombre de ses œuvres publiées dans les journaux pour la jeunesse n’ont pas bénéficié d’albums qui auraient assuré la pérennité de son immense travail.
En outre, ses travaux ont été dispensé et dispersé dans une multitude de journaux tels que : Benjamin, Oscar Bill. Le Roi des Détective, Gavroche, Grandes Aventures, Simbad le marin, Le Téméraire, Aventures Humoristiques, Coq Hardi, OK, Paris-Jeunes, Jeudi-Matin, Comique Magazine, Coeurs Vaillants, Ames Vaillantes, Fripounet et Marisette, J2 Magazine, Formule 1, Zorro, Pierrot, Spirou, Tintin, Millat Frères Magazine, Lisette, Sylvie, Jocko et Poustiquet, L'Intrépide, Dicky le Fantastic, Ima, l’ami des jeunes et Record.
Né à Verdun, fils d’un militaire de carrière, André-René Jolly choisit d’abord le pseudonyme de Jérome-Erik, puis d’Erik. Sans aucune formation ni école particulière, il se lance très tôt dans la bande dessinée. Il ne dédaigne pas de travailler pour la publicité ou pour le dessin animé publicitaire. Auteur, dessinateur et coloriste, il travaille en solitaire et réalise sans aucune aide toutes ses bandes, toujours avec talent, même si on peut regretter parfois que l’histoire se développe exagérément. On peut le comprendre quand on sait que les auteurs de cette époque étaient souvent très mal payés et n’avaient ni statut, ni sécurité sociale. Beaucoup savaient qu’il leur faudrait travailler jusqu’à leur mort.   
Parmi les thèmes de prédilection, retenons les savants fous et les professeurs loufoques, les personnages d’un autre temps, comtes ou nobles divers et leurs domestiques, les détectives amateurs, masculins (Oscar Bill, Vrac reporter, Papou détective, Pat’Rac, Babiol…) ou féminins (Finette, Madie, Nique et leurs compagnons animaliers), les policiers professionnels.
Erik manifeste une prédilection pour l’Histoire du Moyen Âge (celle des chevaliers cocasses) et pour la Préhistoire (qui permet la « reconstitution » d’improbables machines, tantôt antiques et étranges, tantôt futuristes.
Le bestiaire est aussi d’une grande richesse puisqu’il va des animaux familiers aux animaux de la jungle ou aux espèces préhistoriques.
       
     Puisque l’on focalise souvent et uniquement son œuvre sur sa malheureuse collaboration au journal Le Téméraire(1943-44), il nous a paru utile de présenter (sans être exhaustif), ses travaux pour le groupe Fleurus, en particulier au cours des années 50.
Il est en effet un auteur très fréquent dans les journaux Coeurs Vaillants, Ames Vaillantes, Fripounet et Marisette, J2 Magazine, Formule 1. Sans faire appel ni à un scénariste, ni a des coloristes, il réalise entièrement, en plus d’illustrations souvent désopilantes et de publicités, des bandes dessinées humoristique et caricaturales, dans le style hergéen de la ligne claire, usant à la fois du trait rond et pointu qui le caractérise et le fait reconnaître d’un seul coup d’oeil.

En plus de bandes dessinées, ERIK a gratifié les journaux des éditions Fleurus de nombreuses vignettes géantes et de bandes dessinés publicitaires.

Voici quelques machines infernales ou extravagantes que l’on peut retrouver.

Dans Coeurs Vaillants :
1950,
n° 1 : Le piège à mammouth Préhistoire
n° 5 : La machine à pêcher Préhistoire
n° 7 : Galère sous-marine de combat (au temps des Romains)
n° 10 : Le téléphone dans la Préhistoire
n° 12 : Cheval-vapeur et cheval de labour
n° 13 : La Phonographe Préhistoire
n° 21 : Premiers voyages aériens
n° 53 : Couv. Quand 1950 rencontre 1900
1952
n° 12 : La machine à ramasser les pommes de terre
n° 13 : La machine à fabriquer les poissons d’avril
n° 52 : Un bateau pour la pêche en rivière
1953
n° 2 : Machine de sauvetage pour personnes en train de se noyer
n° 4 : Taille-crayon automatique
n° 7 : Glisseur de transport pour expéditions polaires
n° 15 : Qui n’a pas son hélicoptère ?
n° 26 : La tente suspendue sans mâts
etc.


C’est le Professeur Cataral qui présente « La machine à fabriquer les poissons d’avril » dans C.V. n° 13, le 30 avril 1952.  

La grande vignette Un petit tour autour du Tour paraît dans Coeurs Vaillants en 1952.
  
Monsieur Bobèche semble n’apparaître que très fugacement en 1954.

Dans Ames Vaillantes, rappelons qu’Etamine, petite-fille de Mutine apparaît dans « Vacances en l’An 2000 », du 9 juillet au 24 septembre 1950.   

Les vignettes de la rubrique « Ah ! ce ménage… quel souci ! » sont parues dans Ames Vaillantes n° 18 du 4 mai 1952.




ERIK aux éditions Fleurus. Finette dans "Ames Vaillantes"


ERIK AUX EDITIONS FLEURUS (V) Finette dans Ames Vaillantes





André-René Jolly, alias le scénariste-dessinateur et coloriste Erik (07/07/1912-13/08/1974) est injustement oublié aujourd’hui. La meilleure preuve, c’est l’absence d’une bibliographie sérieuse concernant une œuvre prolifique, des années 30 aux débuts des années soixante-dix.
Il est vrai que bon nombre de ses œuvres publiées dans les journaux pour la jeunesse n’ont pas bénéficié d’albums qui auraient assuré la pérennité de son immense travail.
En outre, ses travaux ont été dispensé et dispersé dans une multitude de journaux tels que : Benjamin, Oscar Bill. Le Roi des Détective, Gavroche, Grandes Aventures, Simbad le marin, Le Téméraire, Aventures Humoristiques, Coq Hardi, OK, Paris-Jeunes, Jeudi-Matin, Comique Magazine, Coeurs Vaillants, Ames Vaillantes, Fripounet et Marisette, J2 Magazine, Formule 1, Zorro, Pierrot, Spirou, Tintin, Millat Frères Magazine, Lisette, Sylvie, Jocko et Poustiquet, L'Intrépide, Dicky le Fantastic, Ima, l’ami des jeunes et Record. 
Né à Verdun, fils d’un militaire de carrière, André-René Jolly choisit d’abord le pseudonyme de Jérome-Erik, puis d’Erik. Sans aucune formation ni école particulière, il se lance très tôt dans la bande dessinée. Il ne dédaigne pas de travailler pour la publicité ou pour le dessin animé publicitaire. Auteur, dessinateur et coloriste, il travaille en solitaire et réalise sans aucune aide toutes ses bandes, toujours avec talent, même si on peut regretter parfois que l’histoire se développe exagérément. On peut le comprendre quand on sait que les auteurs de cette époque étaient souvent très mal payés et n’avaient ni statut, ni sécurité sociale. Beaucoup savaient qu’il leur faudrait travailler jusqu’à leur mort.   
Parmi les thèmes de prédilection, retenons les savants fous et les professeurs loufoques, les personnages d’un autre temps, comtes ou nobles divers et leurs domestiques, les détectives amateurs, masculins (Oscar Bill, Vrac reporter, Papou détective, Pat’Rac, Babiol…) ou féminins (, Finette, Madie, Nique et leurs compagnons animaliers), les policiers professionnels.
Erik manifeste une prédilection pour l’Histoire du Moyen Âge (celle des chevaliers cocasses) et pour la Préhistoire (qui permet la « reconstitution » d’improbables machines, tantôt antiques et étranges, tantôt futuristes.
Le bestiaire est aussi d’une grande richesse puisqu’il va des animaux familiers aux animaux de la jungle ou aux espèces préhistoriques.
       
     Puisque l’on focalise souvent et uniquement son œuvre sur sa malheureuse collaboration au journal Le Téméraire(1943-44), il nous a paru utile de présenter (sans être exhaustif), ses travaux pour le groupe Fleurus, en particulier au cours des années 50.
Il est en effet un auteur très fréquent dans les journaux Coeurs Vaillants, Ames Vaillantes, Fripounet et Marisette, J2 Magazine, Formule 1. Sans faire appel ni à un scénariste, ni a des coloristes, il réalise entièrement, en plus d’illustrations souvent désopilantes et de publicités, des bandes dessinées humoristique et caricaturales, dans le style hergéen de la ligne claire, usant à la fois du trait rond et pointu qui le caractérise et le fait reconnaître d’un seul coup d’oeil.

Participations à Ames Vaillantes :
Erik a toujours manifesté de l’intérêt pour les personnages féminins. Comme il s’intéressait à la mode, il représente avec goût les toilettes, les coiffures des jeunes filles, en minimisant la caricature, moins indulgente envers les personnages masculins.

Pourtant, en 1950, dans le n° 9, d’Ames Vaillantes, il dessine la jeune Mutine dont les aventures sont plutôt ridicules mais si Erik assure mettre en scène « Les bonnes idées de Mutine » (n° 23 et n° 25 en 1950).
Heureusement, le 29 juillet 1950 débutent les Vacances en l’An 2000 d’Etamine, la petite fille de Mutine (que l’on ne reverra jamais). L’épisode constitué de 11 planches se termine le 24-9-50 dans le n° 39.
C’est aussi en 1950 que débutent les aventures de Finette, jeune fille blonde aussitôt accompagnée du chien Tuf-Tuf (surnom vite transformé en Teuf-Teuf). Fille de détective, curieuse et intrépide, toujours joyeuse et vive, elle adore enquêter elle-même, avant de mener certaines enquêtes en compagnie du détective Léo Nidas. Elle rencontre souvent le truculent comte de La Tour de Pierre, toujours accompagné de son dévoué valet Epigastre.
Parfois, Finette se fait voler la vedette par son chien Teuf-Teuf

Aventures de Finette :

1950 : Finette détective (du n° 41 du 8-10-50 eu n° 10 du 10-3-51, 23 planches)

1951 : Finette : Le Sarcophage vert (du n° 13 du 1-4-51 au n° 52 du 30-12-51, 40 planches)

1952 : Finette : Le Trésor englouti (du n° 14 du 6-4-52 au n° 45 du 9-12-52, 32 planches)

1952-53 : Finette : Le Coup d’Etat de Volubilie (du n° 15 du 16-12-52 au n° 51 du 25-12-53, 58 planches)

1953-55 : Finette est sur la piste (du n° 52, Noël 1953 au n° 11 du 13-03-55, 64 planches)

1955-56 : Finette : Le Secret du papillon (du n° 12 du 20-03-55 au n° 15 du 29-04-56, 59 planches)

1656 : Teuf-Teuf met les choses au point (n° 21, 1 page)

1956-57 : Finette : La Menace verte (du n° 22 du 27-05-56 au n° 10 du 10-03-57, 42
planches)

1957 : Teuf-Teuf détective n° 11, n° 12, 17 et 24 mars 1957

1957 : Teuf-Teuf mène l’enquête (du n° 13 du 31 mars 1957 au n° 41 du 13-10-57, 30 planches)

1957-58 : Finette : L’Enigme du Grand Boulou (à partir du n° 42 du 20-10-57)

1958 : Finette : Le 3e tiroir (à partir du n° 27 du 05-07-58)

1960 : Finette : Le Gouffre du Barkarol

1960-61 : Finette : La Main noire

1963 : Finette : Le Diamant du croisé  (32 planches, fin dans le n° 39 du 26 septembre 1963)

Trois albums parus dans la collection « Album Fleurdor » chez Fleurus (format à l’italienne) :
1954 : Le Trésor perdu
1955 : Le Coup d’Etat de Volubilie
1955 : Le Mystère du Planétar Circus

Notons qu’il existe déjà un album dont les auteurs sont ERIK et GUIDA, intitulé Voyage autour d’un appareil photo. Il est paru chez Prisma en 1942. Les personnages principaux se nomment Finette et Taquinet.

La liste des parutions n’est pas exhaustive.

 De nombreux sites et blogs Internet proposent généreusement des renseignements et des images sur ERIK; Citons par exemple, BD oubliées, PIMF, bibliographie de la revue HOP !, bd nostalgie, la data base BD du loup, dlgdl.com, etc.   










jeudi 24 mai 2012

ERIK aux éditions Fleurus, Pat'Rac reporter (suite)


ERIK, AUTEUR AUX EDITIONS FLEURUS (IV)
Pat’Rac Reporter (suite)





André-René Jolly, alias le scénariste-dessinateur et coloriste Erik (07/07/1912-13/08/1974) est injustement oublié aujourd’hui. La meilleure preuve, c’est l’absence d’une bibliographie sérieuse concernant une œuvre prolifique, des années 30 aux débuts des années soixante-dix.
Il est vrai que bon nombre de ses œuvres publiées dans les journaux pour la jeunesse n’ont pas bénéficié d’albums qui auraient assuré la pérennité de son immense travail (1).
En outre, ses travaux ont été dispensé et dispersé dans une multitude de journaux tels que : Benjamin, Oscar Bill. Le Roi des Détective, Gavroche, Grandes Aventures, Simbad le marin, Le Téméraire, Aventures Humoristiques, Coq Hardi, OK, Paris-Jeunes, Jeudi-Matin, Comique Magazine, Coeurs Vaillants, Ames Vaillantes, Fripounet et Marisette, J2 Magazine, Formule 1, Zorro, Pierrot, Spirou, Tintin, Millat Frères Magazine, Lisette, Sylvie, Jocko et Poustiquet, L'Intrépide, Dicky le Fantastic, Ima, l’ami des jeunes, Bambino et Record. (2)
Né à Verdun, fils d’un militaire de carrière, André-René Jolly choisit d’abord le pseudonyme de Jérome-Erik, puis d’Erik. Sans aucune formation ni école particulière, il se lance très tôt dans la bande dessinée. Il ne dédaigne pas de travailler pour la publicité ou pour le dessin animé publicitaire. Auteur, dessinateur et coloriste, il travaille en solitaire et réalise sans aucune aide toutes ses bandes, toujours avec talent, même si on peut regretter parfois que l’histoire se développe exagérément. On peut le comprendre quand on sait que les auteurs de cette époque étaient souvent très mal payés et n’avaient ni statut, ni sécurité sociale. Beaucoup savaient qu’il leur faudrait travailler jusqu’à leur mort.   
Parmi les thèmes de prédilection, retenons les savants fous et les professeurs loufoques, les personnages d’un autre temps, comtes ou nobles divers et leurs domestiques, les détectives amateurs, masculins (Oscar-Bill, Vrac reporter, Papou détective, Babiol, Pat’Rac…) ou féminins (Finette, Madie, Nique et leurs compagnons canins), les policiers professionnels.

     Participations à Coeurs Vaillants :

Episodes avec Pat’Rac Reporter  parus dans « Cœurs Vaillants » :
Série policière animée par le reporter Pat’Rac, jeune homme blond portant souvent un imperméable jaune et toujours un nœud papillon. Ami de l’inspecteur Bouffarde aux abondantes moustaches noires, il traque espions, malfaiteurs et malandrins.
Caricaturale et humoristique, cette bande au trait efficace se lit toujours avec plaisir, même si les intrigues policières ne surprennent guère.
  
1952, n° 15 : Pat’Rac reporter (pl. 1, 13/4/52)
(80 pl. fin : n° 52 en 1953)

1954, n° 5 : Pat’Rac : La Folle poursuite (2 pl. 31/1/54)

1954, n° 11 : Pat’Rac contre l’Anguille  (pl. 1, 14/3/54)
(66 pl. fin : n° 24, 12/6/55)

1955, n° 25 : Pat’Rac : Sus aux pirates  (pl. 1, 19/6/55)
(24 pl. fin : n° 48, 27/11/55)

1955, n° 49 : Pat’Rac : Echec au dragon  (pl. 1, 4/12/55)
(fin : n° 41, 7/10/56)

1955 : Pat’Rac : Une belle affaire (8 pl.)
(Almanach « Bonne humeur »)

1956, n° 48 : Pat’Rac : Les Sursauts du dragon  (pl. 1, 25-11/56)
(fin : n° 40, 6/10/57)

10 nov. 1957 : Pat’Rac : La Maison volante  (C.V. n° 45, 3 pl.)

1958-1959 : Pat’Rac : Expérience 2 A
(pl. 1, C.V. n° 1, 1-1-58)
(fin : C.V. n° 19, 10-5-59)

1960 : C.V. n° 28 Pat’Rac : Le Ring truqué  (3 pl.)

Episodes avec Pat’Rac Reporter  parus dans « Fripounet et Marisette » :

Octobre 1962 : Pat’Rac : Solide au poste 
Juillet 1963 : Pat’Rac : Lumière dangereuse
Octobre 1963 : Pat’Rac : Hors-la-loi 
Mars 1964 : Pat’Rac : Parole de cheval (10 planches)  
Dernière planche parue le 14 mai 1964, n° 20 

Merci à ceux qui pourraient fournir  les titres d’autres épisodes parus dans Fripounet jusqu’en juin 1967.

2 albums parus :
Expérience 2 A (Nouvelle collection Fleurus) 62 p. 1959.
Pat’Rac Reporter (Editions Horus, 1980) (l’album réédite les 80 planches parues dans Cœurs Vaillants, d’avril 1952 à décembre 1953).
Pat’Rac et Bouffarde sont présents sur les couvertures des almanachs Fleurus « Bonne humeur » et « Vive la vie ».
Toutes les histoires courtes ne sont pas répertoriées.
 
 
(1)   Signalons toutefois l’immense travail de la Revue d’études de la bande dessinée HOP ! qui a publié en noir et blanc de nombreux extraits de bandes.
(2)    Il est possible de trouver sur Internet des illustrations et des planches provenant des œuvres d’Erik.



    




mercredi 23 mai 2012

ERIK aux éditions Fleurus (III) Pat'Rac Reporter dans "Coeurs Vaillants"

ERIK, SCENARISTE-DESSINATEUR-COLORISTE AUX EDITIONS FLEURUS (III)

        André-René Jolly, alias le scénariste-dessinateur et coloriste Erik (07/07/1912-13/08/1974) est injustement oublié aujourd’hui. La meilleure preuve, c’est l’absence d’une bibliographie sérieuse concernant une œuvre prolifique, des années 30 aux débuts des années soixante-dix. Il est vrai que bon nombre de ses œuvres publiées dans les journaux pour la jeunesse n’ont pas bénéficié d’albums qui auraient assuré la pérennité de son immense travail (1). En outre, ses travaux ont été dispensé et dispersé dans une multitude de journaux tels que : Benjamin, Oscar Bill. Le Roi des Détective, Gavroche, Grandes Aventures, Simbad le marin, Le Téméraire, Aventures Humoristiques, Coq Hardi, OK, Paris-Jeunes, Jeudi-Matin, Comique Magazine, Coeurs Vaillants, Ames Vaillantes, Fripounet et Marisette, J2 Magazine, Formule 1, Zorro, Pierrot, Spirou, Tintin, Millat Frères Magazine, Lisette, Sylvie, Jocko et Poustiquet, L'Intrépide, Dicky le Fantastic, Ima, l’ami des jeunes et Record. (2)
         
       Né à Verdun, fils d’un militaire de carrière, André-René Jolly choisit d’abord le pseudonyme de Jérome-Erik, puis d’Erik. Sans aucune formation ni école particulière, il se lance très tôt dans la bande dessinée. Il ne dédaigne pas de travailler pour la publicité ou pour le dessin animé publicitaire. Auteur, dessinateur et coloriste, il travaille en solitaire et réalise sans aucune aide toutes ses bandes, toujours avec talent, même si on peut regretter parfois que l’histoire se développe exagérément. On peut le comprendre quand on sait que les auteurs de cette époque étaient souvent très mal payés et n’avaient ni statut, ni sécurité sociale. Beaucoup savaient qu’il leur faudrait travailler jusqu’à leur mort. Parmi les thèmes de prédilection, retenons les savants fous et les professeurs loufoques, les personnages d’un autre temps, comtes ou nobles divers et leurs domestiques, les détectives amateurs, masculins (Vrac reporter, Papou détective, Pat’Rac) ou féminins (Finette, Madie, Nique et leurs compagnons canins), les policiers professionnels. Erik manifeste une prédilection pour l’Histoire du Moyen Âge (celle des chevaliers cocasses) et pour la Préhistoire (qui permet la « reconstitution » d’improbables machines, tantôt antiques et étranges, tantôt futuristes. Le bestiaire est aussi d’une grande richesse puisqu’il va des animaux familiers aux animaux de la jungle ou aux espèces préhistoriques. Puisque l’on focalise souvent et uniquement son œuvre sur sa malheureuse collaboration au journal Le Téméraire (1943-44), il nous a paru utile de présenter (sans être exhaustif), ses travaux pour le groupe Fleurus, en particulier au cours des années 50. Il est en effet un auteur très fréquent dans les journaux Coeurs Vaillants, Ames Vaillantes, Fripounet et Marisette, J2 Magazine, Formule 1. Sans faire appel ni à un scénariste, ni a des coloristes, il réalise entièrement, en plus d’illustrations souvent désopilantes et de publicités, des bandes dessinées humoristique et caricaturales, dans le style hergéen de la ligne claire, usant à la fois du trait rond et pointu qui le caractérise et le fait reconnaître d’un seul coup d’oeil.

Participations à Coeurs Vaillants : Notons pour la petite histoire, qu’Erik, âgé de 17 ans, envoie au journal, en 1929, la bande animalière « Un trop bon déjeuner », republiée dans le n° 12 de C.V. le 21 mars 1954).

Episodes avec Pat’Rac Reporter parus dans « Cœurs Vaillants » : Série policière animée par le reporter Pat’Rac, jeune homme blond portant souvent un imperméable jaune et toujours un nœud papillon. Ami de l’inspecteur Bouffarde aux abondantes moustaches noires, il traque espions, malfaiteurs et malandrins. Caricaturale et humoristique, cette bande au trait efficace se lit toujours avec plaisir, même si les intrigues policières ne surprennent guère.

1952, n° 15 : Pat’Rac reporter (pl. 1, 13/4/52) (80 pl. fin : n° 52 en 1953)

1954, n° 5 : Pat’Rac : La Folle poursuite (2 pl. 31/1/54)

1954, n° 11 : Pat’Rac contre l’Anguille (pl. 1, 14/3/54) (66 pl. fin : n° 24, 12/6/55)

1955, n° 25 : Pat’Rac : Sus aux pirates (pl. 1, 19/6/55) (24 pl. fin : n° 48, 27/11/55)

1955, n° 49 : Pat’Rac : Echec au dragon (pl. 1, 4/12/55) (fin : n° 41, 7/10/56)

1956, n° 48 : Pat’Rac : Les Sursauts du dragon (pl. 1, 2511/56) (fin : n° 40, 6/10/57)

1958-1959 : Pat’Rac : Expérience 2 A  (60 planches)

D’autres épisodes sont parus dans Fripounet et Marisette Par exemple : Parole de cheval en 1964

Merci à ceux qui pourraient fournir les titres de autres épisodes parus dans Fripounet jusqu’en juin 1967. 2 albums parus : Expérience 2 A (Nouvelle collection Fleurus) 62 p. 1959.
Pat’Rac Reporter (Editions Horus, 1980) (l’album réédite les 80 planches parues dans Cœurs Vaillants, d’avril 1952 à décembre 1953).

Pat’Rac et Bouffarde sont présents sur les couvertures des almanachs Fleurus « Bonne humeur » et « Vive la vie ». Toutes les histoires courtes ne sont pas répertoriées.

En 1954, Monsieur Bobèche apparaît dans les numéros 20 et 21.
C’est au n° 42 que démarre la série épisodique, L’Equipe des « vont d’l’avant ».
La bande publicitaire Grignotin paraît en 1953, dans les numéros 42, 43, 46, 48, 50… (Elle paraît en couleur dans Spirou la même année).
Il est regrettable que le personnage du Commissaire Picablo soit surtout utilisé à des fins publicitaires. Retenons, en 1954, n° 27 au n° 38, Les Vacances agitées du Commissaire Picablo et, à partir du n° 48 de 1954 au n° 8 du 20 février 1955: Commissaire Picablo contre X. Ajoutons encore L’Affaire Picablo qui fait l’objet d’un concours, bande publiée à partir du n° 46 du 11 novembre 1956. La bande est aussi publiée aux mêmes dates dans Ames Vaillantes et dans Fripounet et Marisette. (1) Signalons toutefois l’immense travail de la Revue d’études de la bande dessinée HOP ! qui a publié en noir et blanc de nombreux extraits de bandes. (2) Il est possible de trouver sur Internet des illustrations et des planches provenant des œuvres d’Erik.